Voyageuses, dessinatrices, archéologues : figures féminines de l’égyptologie aux XIXe-XXe siècles

Dès le début du XIXe s., des femmes européennes et américaines ont parcouru la Vallée du Nil, fascinées par les vestiges de la civilisation pharaonique. Au fil du temps, certaines telles Marguerite Naville et Nina Davies ont travaillé comme assistantes ou dessinatrices sur les chantiers de fouilles dirigés par leurs époux ou de manière indépendante, à partir de la fin du XIXe, comme Margaret Benson à Karnak. En parallèle, d’autres femmes ont oeuvré en Europe pour la mise en place d’institutions (ainsi Amelia Edwards et l’Egypt Exploration Fund à Londres) ou d’entreprises bibliographiques (Wörterbuch, Porter & Moss) essentielles encore aujourd’hui pour notre connaissance de l’Egypte ancienne. Les recherches récentes sur l’histoire de l’égyptologie permettent de mieux cerner l’origine, le parcours et la part réelle de travail de ces personnalités, souvent autodidactes et issues de milieux aisés, qui ont participé à l’essor de cette science.

Vidéos de la même Collection